Email : contact@avoka.fr | Newsletter! | Twitter | Facebook

WE_CODE_EXPO > IF – Entretien avec Jesse Lucas

IMG_1717

C.B. : Jesse Lucas fait partie de cette nouvelle génération d’artistes autodidactes et pluridisciplinaires qui marient avec une aisance déconcertante musique, vidéo, animation 3D, programmation, … Il a acquis une notoriété certaine notamment avec le spectacle L’Odyssée de Rick le cube (avec Erwan Raguenes) et les performances du duo SATI, mêlant musique électronique et projection vidéo. Il travaille également à ses heures perdues sur des installations interactives au sein de l’association Avoka.

Sa nouvelle réalisation « IF » est la première pièce de l’exposition WE CODE EXPO qui présentera une série d’œuvres autour de l’apprentissage de la programmation. Jesse, dis-nous en plus sur ce nouveau défi.

JESSE LUCAS : IF est la première pièce créée pour l’exposition « We Code Expo ». C’est une exposition graphique, ludique et pédagogique qui a pour but de sensibiliser le public à la programmation. Le nom « IF » est issu d’une des commandes de base dans tous les langages de programmation. C’est la notion de choix.

Cette installation permet à partir d’une série de boutons, de créer un dessin fait de lignes et de cercles, telle une constellation. Lorsque l’utilisateur imprime son dessin sur la borne, celle-ci met en scène la série de commandes (le code) qui donne vie à l’œuvre numérique créée.

IMG_1690

C.B. : Pour initier les enfants (et les plus grands) à la programmation, il existe déjà quelques outils notamment Scratch du MIT ou encore Hopscotch (sur ipad) réalisés par des ingénieurs. En quoi ta vision d’artiste va changer cette approche tout en répondant aux enjeux actuels ?

J.L. : Ces outils sont excellents, et permettent en effet de découvrir le code très jeune. Néanmoins, il nécessite très souvent d’utiliser un ordinateur (ou une tablette). Cette exposition offre une autre porte d’entrée, elle attire par le format des bornes et leurs mises en scène. Chaque borne est un objet de création interactif inspiré par le code. Elle offre un moyen détourné de comprendre la logique programmatique. C’est pourquoi j’espère qu’elle pourra attirer autant les enfants que leurs grands-parents.

Plus le numérique prend de place dans notre monde, plus la programmation offre de pouvoir à celles et ceux qui la maitrisent. Je ne pense pas qui faille faire de chacun de nous un programmeur. Mais, en tant qu’artiste de l’ère numérique, il me semble nécessaire d’offrir un moyen original de mieux comprendre cet univers qui reste obscur pour beaucoup de gens.

IMG_1681

C.B. : Avec le Dyskograf (créé avec Erwan Raguenes et Yro), tu offrais déjà la possibilité au public de créer son morceau de musique en quelques traits de crayon autour d’une borne ressemblant à une platine vinyle. Quelle est pour toi la place du public dans face à ce type d’œuvres ?

J.L. : Centrale ? C’est presque une évidence pour moi. J’adore penser un dispositif en fonction du public. Certains artistes préfèrent ne pas trop sans soucier pour rester libre de leurs choix. Mais pour moi, c’est l’occasion de trouver le point de rencontre entre mes envies et celles du public. De plus, ces dispositifs sont eux-mêmes des objets de créations artistiques. Sans le public pour leur donner vie, ils n’ont aucun sens. Certains dispositifs permettent de créer une œuvre éphémère et d’autre laissent le public libre de garder une trace de leur passage, tels les disques du Dyskograf.

dyskograf_6_copyright_cedricnicolas

C.B. : L’aspect participatif ne s’arrête d’ailleurs pas au public, j’ai lu que vous lanciez un appel à contributions en direction des artistes, des lieux, des écoles…. Mais alors, vous êtes à court d’idées ?

J.L. : Non, bien sûr ! Mais c’est surtout un projet qui invite à la collaboration, ce que nous souhaitons fortement. Découvrir comment d’autres artistes pourraient proposer leur vision du code dans le cadre de « We Code Expo ». Ce projet, je pense, offre un cadre intéressant pour travailler avec plusieurs sensibilités et pourtant créer un projet final cohérent.

Nous avons aussi travaillé avec l’école d’ingénieurs ISEN de Brest sur cette première borne. Et nous allons continuer à mettre en place ce genre de partenariat dans le futur. Par ailleurs, nous commençons à présenter des dispositifs en cours dans des médiathèques pour découvrir les réactions du public et affiner leurs fonctionnements. D’ailleurs n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez participer à ce projet !

Maintenant-Identitié-visuelle-2015-Ori-Toor

« IF » sera présentée pour la première fois le 17 Octobre dans le cadre du festival Maintenant à Rennes.

Propos recueillis par Caroline Baquin

Plus d’infos sur WE CODE EXPO ici