PERSYSTOGRAF (Collectif Avoka & Szajner)

Email : contact@avoka.fr | Newsletter! | Twitter | Facebook

IMG_0799
persystograf_3D_02_notexte
PERSYSTOGRAF_CDA_5_HD
PERSYSTOGRAF_CDA_1_HD
IMG_0764
PERSYSTOGRAF_CDA_2_HD
PERSYSTOGRAF_CDA_3_HD
PERSYSTOGRAF_CDA_4_HD
IMG_0798
IMG_0765

Avec le PERSYSTOGRAF, toute dernière installation interactive d’Avoka, le collectif poursuit son exploration du détournement des instruments de musique. Alors que le DYSKOGRAF entendait l’expérimentation de l’écriture rythmique, au moyen de la rotation sur platine d’une partition graphique sur disque de papier, le PERSYSTOGRAF permet quant à lui de s’essayer aux notions d’harmonie et de mélodie, grâce à l’emprunt de codes et techniques issus de la vielle à roue ou encore de l’orge de barbarie.

A l’aide d’une manivelle, le spectateur active le dispositif sonore et la rotation d’un écran vidéo qui se présente à ses yeux. Grâce à des boutons de contrôle additionnels, l’expérimentation de cet instrument atypique va générer courbes visuelles et sonores, au grès des interactions de l’utilisateur.

Grâce à la simplicité du dispositif de génération et de contrôle, le spectateur peut se concentrer pleinement sur la visualisation de sa création et expérimenter ainsi de manière ludique, l‘entremêlement d‘une composition à la fois sonore et visuelle. En opposition à la multiplication et à la complexité des visualisateurs sonores, le minimalisme du PERSYSTOGRAF permet, à travers une approche synesthésique et sensorielle, d‘appréhender un rapport simple entre image et son.

Basé sur les travaux d’écrans rotatifs réalisés par Bernard Szajner pour le musée des Arts et métiers en 2000 (inventeur en son temps notamment de la harpe laser).
Inspiré par The particule d’Alex Posada, Optophonic Piano par Vladimir Baranoff Rossiné, Full Turn de Benjamin Muzzin,…

With the PERSYSTOGRAF, Avoka’s latest interactive installation, the collective is continuing their exploration of the misappropriation of musical instruments. While the DYSKOGRAF experimented with the writing of rhythms using a turntable and the rotation of a graphic score on a paper disk, the PERSYSTOGRAF permits the notions of harmony and melody to be tried out by borrowing the codes and techniques used by the hurdy-gurdy or the barrel organ.

Using a hand crank, the spectator activates the sound device and the rotation of a video screen, which presents itself. Using additional control knobs, the experimentation of this atypical instrument will generate visual sound waves depending on the interactions of the user.

Through the simplicity of the production and control device, the spectator can fully concentrate on the visualisation of his or her creation and thus playfully experiment with mixing a visual and sound composition. At the opposite end of a profusion and complexity of sound visualising devices, the minimalism of the PERSYSTOGRAF, through a kinaesthetic and sensorial approach, makes it possible to get to grips with the simple relationship between image and sound. Based on the work on rotating screens made by Bernard Szajner for the museum of Arts & Crafts in 2000 (inventor notably at this time of the laser harp). Inspired by The particule by Alex Posada, Optophonic Piano by Vladimir Baranoff Rossiné, Full Turn by Benjamin Muzzin,…

Co-production:
Avoka, Centre des arts d'Enghien-les-Bains, Festival Bains Numériques. Avec le soutien de La Grange à Musique/ Ville de Creil, La région Picardie.
Past:
Fabric Fest - Mois du Multimédia (Argentré-du-Plessis / 2015) ; Festival Les Interfaces (La Roche-Sur-Yon / 2015) ; FetNat Festival (Blandy-Les-Tours / 2015) ; Festival Trace(s) (Chartreuse de Valbonne / 2015) ; Faste (Creil / 2015) ; Premier Dimanche aux Champs Libres / Le Monde des Possibles par Electroni[k] (Rennes / 2015) ; Festival Gamerz (Aix-en-Provence / 2014) ; Festival Rêverie Moderne (Sarzeau / 2014) ; Festival Scopitone (Nantes / 2014) ; Festival Bains Numériques (Enghien-les-Bains / 2014)
Press:
"Sous ses airs minimalistes d’un jukebox vintage, cette installation interactive détourne et se réapproprie les codes et techniques issus de vieux instruments tels que l’orge de barbarie. En reprenant le principe simple de manivelle faisant défiler une partition, l’utilisateur crée une composition mélodique à la fois sonore et lumineuse. A travers une approche synesthésique et sensorielle, l’interface joue sur la notion de persistance rétinienne par l’effet de rotation rapide d’un fil lumineux qui crée ces formes et donne l’illusion d’une lumière volumétrique." Digitalarti

More press here