TRIANGLES IRASCIBLES (Yro / Erwan Raguenes)

Email : contact@avoka.fr | Tel : +33 (0) 2 99 67 89 84 | Newsletter! | Twitter | Facebook

TRIANGLES IRASCIBLES (FR)
Un appartement, des rues, une ville, un train, une banlieue ; des espaces urbains qui défilent, s’arrêtent et repartent, pénétrés par l’apparition d’une foret énigmatique où sont rejoués des fragments du passé : un visage, des arbres coupés, un feu, des portraits de famille, un geste inquiétant, des branchages entremêlés. Ce voyage à la fois physique et mental est le parcours qu’un homme doit arpenter pour rejoindre la maison où il a grandi. Les paysages traversés se fixent, se déforment et s’engouffrent dans les troubles et les variations de sa mémoire.  On explore avec lui cette frange de l’imaginaire où le souvenir et le présent se croisent.

Triangles Irascibles est une expérience cinématographique singulière. Seul sur scène, Yro crée l’intégralité de ce film en direct, grâce au maniement de photographies devant des caméras connectées à un logiciel qu’il a programmé. Quelles soient originales ou issues d’archives familiales, ces photographies sont rejouées et par la manipulation deviennent fragiles, lointaines, intimes… La performance est portée par une musique originale composée par Erwan Raguenes, Yro interprète également au moyen de divers instruments et bruitages, une partie de la bande son sur scène. Hanté par une synesthésie, où chaque son se transpose en pensée géométrique, Yro explore dans ce nouveau projet son rapport à la famille.

 

TRIANGLES IRASCIBLES (EN)
An apartment, streets, a town, a train, a suburb; urban spaces drift by, stop and start, penetrated by the apparition of an enigmatic forest where fragments of the past are replayed: a face, axed trees, a fire, family portraits, a worrying gesture, tangled branches.  This journey, both physical and mental, is the one a man must take to get back to the house where he grew up.  The scenes that are traveled through freeze, are deformed and plunge into the ripples and varied versions of memory.  With this man, we explore the fringes of imagination where souvenirs and present moments collide.

Triangles Irascibles is a singular cinematic experience. Alone, live on stage, Yro creates this film in it’s entirety, by manipulating photographs in front of cameras connected to software that he has programmed. Whether they be originals or from family archives, these photographs are replayed and by their manipulation become fragile, distant, intimate… The performance is carried along by original music composed by Erwan Raguenes. Yro, using different instruments and sound effects also plays a part of the sound track on stage. Haunted by synesthesia, where each sound is echoed in geometric thoughts, Yro, in this new project, explores his relationship to family and death.

Musique / Soundtracks :
http://erwanraguenes.bandcamp.com/releases

Crédit photos / Credits :
© Aurelie Jullien / Le Cube – Centre de création numérique 

Remerciements / Thanks :
Bernard Szajner, Victoria Follonier, Julien Appert, Haythem Zakaria (captation vidéo), Adrien Poux (captation vidéo), Lucas, Thomas & Thomas, Cédric & toute l’équipe de la Grange à Musique, Morgane & l’équipe du Volume, Victoria, Chloé, Anne, Jesse,  Ateliê Aberto & toutes les personnes qui ont participé de près ou de loin à ce projet.

 

Co-production:
Avoka, La Grange à Musique/ Ville de Creil, La région Picardie, La ville de Rennes, Le Volume, LE CUBE - Centre de création numérique Grand Paris Seine Ouest & la MJCS La Châtre.
Past:
Palais de Paris (Takasaki / 2015) ; Moving Kyoto (Kyoto / 2015) ; Festival Digital Choc (Tokyo / 2015) ; Festival Maintenant (Rennes / 2014) ; Festival Novela (Toulouse / 2014), I.BOAT (Bordeaux / 2014) ; Le Cube (Issy-les-Moulineaux / 2014) ; MJC La Châtre (La Châtre / 2014 ) ; Le Volume (Vern- sur-Seiche / 2013) ; La Grange à Musique (Creil / 2013)
Press:
"Garde les yeux ouverts. On glisse avec lui, sur cette terre à rides d’un visage aimé, le cœur gros d’autant de fragilité et de fugacité. Là encore, cette image de l’enfant qui crie les mains sur les oreilles n’est pas prête de nous lâcher. On est tout autant bouleversé par ces détails choisis qui n’étaient pas le sujet de la photographie au départ mais qui viennent dire la réalité aussi bien, le sable mouillé par les vagues, l’ombre d’une silhouette sur le sol. Avec les dernières images, nos cœurs se serrent encore plus. Les lumières se rallument. Des applaudissements nourris et sincères éclatent. On vient de prendre une sacrée claque." Alter1fo, Festival Maintenant, Octobre 2014

More press here