Email : contact@avoka.fr | Newsletter! | Twitter | Facebook

A propos d’inside the Black Box

insidetheblackbox_4

A l’occasion du Xème anniversaire de l’incroyable festival L.E.V. à Gijon en Espagne, Yro & Sati ont présenté Inside The Black Box, une performance atypique dans la scène nouveaux médias. A la fois expérimentale et narrative, on suit le voyage cosmique d’un cube noir dans l’espace. Erwan, Yro, comment tout à commencé ?

Erwan Raguenes (SATI) : Avec Jesse Lucas de notre duo SATI, nous avons rencontré Yro pour la première lors du festival Active Layer à Creil en 2007 (organisé par Julien Appert, également artiste visuel) . Nous y présentions notre concert A/V « React ». A cette époque, on ressentait l’effervescence autour de ce que l’on appelait “la performance Audio/Vidéo” qui consistait à créer un lien insécable entre l’image et le son. Yro nous a invité en résidence aux Pixels Transversaux, un laboratoire de création autour de ces nouvelles formes, qu’il avait créé à la Générale en Manufacture en région parisienne. De son côté, il travaillait sur des expérimentations audiovisuelles (les débuts de son dispositif de banc-titre), et nous avons décidé de faire une première improvisation en public à la fin de la semaine de résidence. On peut considérer qu’il s’agit des prémices d’Inside the Black Box, nous jouions la musique, et lui créait la vidéo à partir de manipulation d’objets en direct devant une caméra.

Yro : Autour des Pixels Transversaux j’ai créé le festival Visionsonic. La programmation était dédiée aux formes hybrides, improvisées ou expérimentales, à des écritures modernes, narratives ou abstraites. Les Pixels Transversaux était l’espace de travail, Visionsonic quant à lui était l’espace de rencontre entre le public et cette scène émergente d’artistes : Incite/ (Allemagne), Transforma (Allemagne), Otolab (Italie), Sculpture (Angleterre), Gangpol and Mit (France), Synchronator (Hollande), RKO (France) pour ne citer qu’eux… En 2010, on a créé avec SATI le collectif Avoka afin de cristalliser toutes ces énergies autour de quelques artistes, et de produire et diffuser nos créations. Inside the black box est la première création du collectif.

 

insidetheblackbox_3

Tout au long d’Inside the black box, on ressent ce foisonnement d’idées et d’expérimentations. La performance est un mélange de films en animation 3D, de manipulation d’objets devant des caméras et de l’interprétation d’une musique électronique sombre parfaitement connectée aux images en noir et blanc. On s’émerveille devant l’envol d’un oiseau animé en direct ou qu’une sculpture lumineuse réagisse à la musique en créant une sorte de porte spatio-temporelle.

Yro : Le projet découle d’une recherche de nouvelle écriture cinématographique en détournant les codes et les outils du cinéma traditionnel tout en y incorporant des dispositifs interactifs et improvisés. Les séquences en animation en 3D côtoient des moirages, une “boite à gravité” (une caméra, fixe par rapport à une boite où se trouvent des billes, filme une scène qui semble être filmée en apesanteur), ou encore un film stop motion créé sur scène à l’aide de 8 décomposition de mouvement, crée l’envol d’un oiseau. On fabrique la magie et la poésie avec des bouts de papiers, quelques billes, du lait et de la lumière.

Erwan Raguenes (SATI) : Après la première version improvisée en 2008, nous avons voulu lier des dispositifs d’interaction audiovisuelle et les objets créés par Yro. Les objets réels ainsi filmés sur scène ont influencé le style utilisé plus tard dans la création 3D réalisée par Jesse Lucas (la deuxième moitié du duo SATI). Il s’agit d’un véritable aller-retour entre l’analogique et le numérique, tant sur scène que dans le travail de création en amont. La musique également a été créée avec un mélange de synthétiseurs analogique et vintage et des machines plus modernes. Inside the black box est un hommage au prémices du cinéma et de la musique électronique.

 

insidetheblackbox_1

Dès les premières minutes du spectacle, on est transporté dans l’odyssée de la “black box” qui fend les étoiles avant de se poser sur une planète blanche. On fait beaucoup d’aller-retours entre l’écran et vous sur scène, pour tenter de percer les mystères de la création des images et de l’écriture musicale. Contrairement à beaucoup de projets nouveaux médias, on sent la volonté de nous raconter une histoire et d’être accessible à un public très large. Pourquoi avez vous voulu connecter tous ces tableaux qui auraient pu être de simples expérimentations abstraites ?

Erwan Raguenes (SATI) : A cette époque, avec SATI, Jesse et moi écrivions notre premier spectacle jeune public L’odyssée de Rick le cube. Yro expérimentait autour de la manipulation d’objets et nous avons écrit tous les trois ce voyage d’un cube noir. On voulait que le public suive un parcours tout en rentrant dans une histoire suffisamment abstraite pour que cela nous laisse de la place pour l’expérimentation et l’improvisation. Originellement, nous étions trois sur scène mais pour des raisons d’emplois du temps, Jesse n’est plus sur scène avec nous.

Yro :  La création de ITBB est une histoire à elle toute seule. Le projet a eu au moins 4 versions totalement différentes. Ce projet était pour nous comme un laboratoire (travail sur la lumière et recherche de scénographie, de formes musicales). Entre la version d’aujourd’hui et les premières présentées en 2008, ou encore celle présentée à Scopitone il y a 7 ans, il ne reste plus rien. C’est un projet de jeunesse avec son lot de tentatives. On a beaucoup appris avec ce projet et nous avons le plaisir d’être invités encore aujourd’hui à le présenter.

Vous échangez des regards pendant toute la performance. Erwan, tout en interprétant la musique regarde l’écran et réagit musicalement à ce qui s’y déroule. Dans ces manipulations Yro semble se caler sur la musique.

Erwan Raguenes (SATI) : La connexion entre nous est primordiale. Le spectacle est très écrit, les scènes ont un ordre précis. Mais dans cette écriture, il y a des plages d’improvisations visuelles et sonores. Yro manipule un grand nombre d’objets et j’interprète la plupart des morceaux aux synthétiseurs et aux machines.

Yro :  C’est dans ces espace de liberté que l’on trouve le plaisir d’être sur scène. C’est cette fragilité, cette imperfection qui nous permet d’embarquer le public dans cette aventure en noir et blanc, oscillante et vintage.

 

insidetheblackbox_6

Inside the black box a été créé il y a presque 7 ans, avez vous fait d’autres projets ensemble depuis ?

Yro : Avec Erwan, on a travaillé ensemble sur un autre projet Triangles Irascibles qui développe cette recherche d’une écriture cinématographique nouvelle. En manipulant des photographies (des archives familiales et des clichés originaux), j’ aborde mon rapport à la famille et la mort. Erwan a composé la bande son de cette expérience. Erwan et Jesse ont depuis fait la deuxième partie des aventures de Rick : Rick le cube et les mystères du Temps tout en continuant à jouer leur duo SATI.

Erwan Raguenes (SATI) : Nous avons également collaboré tous les trois sur des installations interactives qui mélangent l’analogique et les technologies numériques tel que Dyskograf, un lecteur de disque graphique qui a été présenté dans un très grand nombre de festivals !

Plus : http://www.insidetheblackbox.net

Traduction de l’article paru sur le magazine espagnole TENMAG :  http://www.tendenciasfashionmag.com/lev-2016-a-lo-grande-tenmag/